Le service Copernicus de surveillance de l'atmosphère (CAMS) facilite la vie des personnes atteintes de rhinite saisonnière

Mardi 2 mai 2017 — Après le pollen de bouleau, les prévisions des concentrations de pollens d'olivier et de graminées font désormais partie de la liste de produits proposés par le service Copernicus de surveillance de l'atmosphère (CAMS). Il s'agit de la première étape d'un processus qui verra la mise au point d’applications en aval, utilisant ces données pour fournir aux personnes présentant des symptômes allergiques, des prévisions personnalisées en fonction de leur sensibilité à des pollens spécifiques.

Comme beaucoup l'auront remarqué, la rhinite saisonnière est de retour. En Europe, environ une personne sur quatre est sensible au pollen. Il s'agit d'une allergie largement répandue, provoquant des symptômes allant de l'inflammation nasale aux démangeaisons oculaires. Tous ces symptômes peuvent être assez prononcés jusqu'à devenir invalidants.

La réaction allergique survient très rapidement. Quelques minutes seulement peuvent s'écouler entre le contact avec l'allergène et les symptômes ressentis. Même si les médicaments procurent un soulagement, il serait plus efficace de les prendre de manière préventive quelques jours avant d'être en contact avec l'allergène plutôt que de les utiliser comme traitement après l'apparition des symptômes.

La saison pollinique elle-même dépend des conditions météorologiques. Selon le temps qu'il fait, celle-ci peut commencer plus tôt ou plus tard que d'ordinaire. Elle peut également être modulée par des vagues de froid ou des épisodes pluvieux. Il s'agit donc d'un processus très dynamique comprenant une abondance pollinique qui varie énormément d'un jour à l'autre, voire d'heure en heure.

Il est donc essentiel de pouvoir disposer de prévisions fiables et précises. D'autant plus si le pollen n'est pas forcément émis dans la zone où la population est affectée. Les allergènes peuvent être transportés par les vents dominants sur des distances considérables et, bien entendu, au-delà des frontières nationales.

Les pollens peuvent être transportés sur des distances de 500 ou 1000 kilomètres ou même plus en fonction des vents, et la distance existant entre le centre de l'Allemagne et le sud de la Finlande n'est pas si grande,

a déclaré Mikhail Sofiev, depuis l'Institut Météorologique Finlandais. Ce chercheur est responsable de l'élaboration des prévisions de pollens, au sein du CAMS.

Ce trajet peut également être effectué en sens inverse. Nous pouvons également voir le pollen se disperser depuis la Finlande, à la fin du printemps alors que la saison des pollens est déjà terminée dans tout le reste de l’Europe.

Les données polliniques sont recueillies dans les stations terrestres du réseau européen EAN (European Allergen Network). Il s'agit d'un réseau privé composé, sur la base du volontariat, de réseaux nationaux, chacun étant géré par une université, un hôpital, un institut météorologique ou un organisme environnemental. Les données de l’EAN concernant les pollens de bouleau et de graminées sont communiquées à CAMS pour évaluer la précision des prévisions.

Il est essentiel de prévoir la concentration des principaux pollens allergisants dans l'air. Toutefois, il ne s'agit que de la première étape car chacun réagit différemment aux différentes variétés de pollen. Pour apporter des solutions concrètes, les entreprises et les organismes s'efforcent de fournir aux particuliers des prévisions personnalisées.

La faculté de médecine de Vienne a organisé des tests dans lesquels les bénévoles ont noté leurs symptômes jour après jour pendant plusieurs années. Ceux-ci ont été mis en corrélation avec la quantité de pollen correspondant à chaque variété présente dans l'air chaque jour. Si les symptômes ressentis par une personne sont renseignés sur une période de deux ans, il devient possible ensuite de prévoir les symptômes de cette personne en s'appuyant sur les prévisions polliniques, comme l’a démontré une équipe de l'Université Aristotle de Thessalonique.

Pour mettre ces résultats en pratique, un projet d’application est lancé par CAMS en Lettonie et en Lituanie. Ce nouvel essai se déroulera sur un an et demi. On attend la participation de plusieurs centaines de personnes qui enregistreront leur ressenti des symptômes allergiques dans une application qui enverra ces informations vers un serveur sécurisé afin d'y être traitées et mises en corrélation avec les prévisions polliniques CAMS - la concentration des principaux polluants atmosphériques pourra également être prise en compte. Cela établira un profil pour chaque utilisateur qui lui permettra ensuite de recevoir des prévisions personnalisées pour ses symptômes.

D'ici 18 mois, nous espérons être en mesure de constituer un pool durable d'utilisateurs, qui trouveront un intérêt à utiliser ce système,

a affirmé Mikhail Sofiev.

Vincent-Henri Peuch, directeur du service de surveillance Copernicus Atmosphère (CAMS) au Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF), a déclaré :

je suis heureux de constater que les outils de prévision utilisés pour la qualité de l'air permettent aujourd’hui également de prévoir de façon fiable les concentrations de certains pollens. En partenariat avec le réseau européen EAN et avec le secteur de la recherche médicale, CAMS essaie de relever le défi suivant, qui est de susciter l’émergence de prévisions fiables et personnalisées pour les symptômes de la rhinite saisonnière. Cela permettra de transmettre des informations très utiles à des millions d'Européens.

Les prévisions polliniques peuvent être consultées sur le site Internet du CAMS :
http://bit.ly/2oXSVnc
Sélectionnez le produit de votre choix (bouleau, pollen, olivier ou graminées) dans le menu déroulant des paramètres.

 

A propos de Copernicus

Copernicus est le programme phare d'observation de la Terre de la Commission européenne, qui fournit des données opérationnelles et diffuse des services d'information en libre accès. Il offre aux utilisateurs des informations fiables et réactualisées grâce à un ensemble de services en rapport avec les questions environnementales et climatiques.

Le Centre européen de prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF) exploite deux services Copernicus au nom de l'Union européenne : le Service Copernicus de surveillance de l'atmosphère (CAMS) et le Service Copernicus de surveillance du changement climatique (C3S). Le CEPMMT est un organisme intergouvernemental indépendant, soutenu par 34 états. Il est basé à Reading, au Royaume-Uni. Les institutions universitaires et environnementales de toute l'Europe, notamment les services météorologiques nationaux, jouent un rôle à part entière dans la réussite de Copernicus.